Actualités

Marathon de Poitiers-Futroscope : les Comte sont bons - 22-05-2018

Non, il n’y a pas d’erreur de calcul : Pascal et Chantal Comte ont, à eux deux, terminé 695 marathons. Et rajouteront l’ épreuve poitevine à leur longue liste… La légende , fausse, raconte que le soldat athénien Phidippidès aurait trouvé la mort juste après avoir annoncé à son peuple la victoire , éreinté par les 42 km de course qui le séparait de Marathon. Aujourd’hui , même si la distance mythique s’est démocratisée, terminer un marathon relève souvent du défi. Pour d’autres, cela s’apparente davantage à la promenade de santé. Pascal et Chantal Comte sont obligés de tenir les comptes, tant il y en a. A eux deux, ils en ont terminé 695 : 426 pour Monsieur , 269 pour Madame . Avec un tel total, ils détiennent les records nationaux masculin et féminin (ex aequo). Et ne comptent pas s’arrêter là puisqu’ils prendront le départ du marathon de Poitiers-Futuroscope dimanche. Pas le profil type Leur histoire d’amour est cependant plus ancienne que leur passion partagée pour la course à pied . C’est Pascal qui en est l’instigateur. « Je jouais un peu au foot, mais j’en ai été dégoûté, alors je me suis mis à courir. D’abord des courtes distances , puis des plus longues , jusqu’à des 100 km, des 24 h ou des 48 h » , raconte cet ancien ouvrier d’ Ile-de-France . Bloqué par ses horaires de travail, il ne pouvait pas autant pratiquer qu’il l’aurait voulu. « Je m’étais promis qu’à la retraite, j’en ferai davantage. » Promesse tenue : à partir du 1er janvier 2017, Pascal Comte s’est lancé dans un défi et a couru, au cours de l’ année civile, 140 marathons. Jusqu’à dix-sept en vingt jours. Dans sa foulée, quand elle le peut, Chantal le suit. « Moi je travaille , donc je n’ai pas pu tous les faire. Mais j’en ai quand même terminé 79 l’an dernier. » Venue à son tour à la course après 18 ans de football pour suivre son époux, elle non plus ne s’ entraîne pas. « En rentrant à 19 h, j’ai un peu la flemme d’enfiler les chaussures , même si je sais qu’il faudrait. » Comme lui, elle n’a pas l’ hygiène de vie irréprochable que l’on imagine volontiers pour tous les adeptes des longues distances. Au contraire, tous deux se disent « bons vivants ». Mais elle relativise également : « Aujourd’hui, on ne cherche plus les performances, mais le plaisir. » Alors, en France ou à l’étranger , le couple court après l’ ambiance conviviale et complète l’épreuve le plus souvent en discutant avec des amis ou des inconnus rencontrés le temps d’un parcours . Tant pis pour le chrono. « Parfois , on les encourage pour qu’ils trouvent la force de terminer » , reprend Pascal. Poussés par les défis, les tourtereaux veulent maintenant franchir la barre des cent marathons terminés dans d’ autres pays : l’Angleterre et l’Italie pour commencer , les Etats-Unis pour plus tard. L’ Afrique du Sud et la Californie sont déjà programmés. Mais avant, Poitiers, ce dimanche. « On vient faire une surprise à un ami qui va courir son 100e marathon » , racontent-ils de concert. Beaucoup et si peu à la fois…

Liens :